Communiqué de presse de la Fédération CFDT des Banques suite à l’annonce par la direction de BNP Paribas du versement de bonus pour près d’un milliard d’euros

L’annonce par BNP Paribas de la distribution d’un milliard d’euros de bonus, essentiellement dans les activités de banque de marché, choque profondément les salariés de la profession dont la CFDT de se fait l’écho.

Les banques françaises sont toujours redevables à l’État et au contribuable de milliards d’euros sous forme de prêts ou de garanties. Les effectifs des banques françaises ont baissé de près de 2% en 2008 et le rythme des suppressions d’emploi s’amplifie avec des restructurations dans quasiment tous les groupes bancaires français.

Dans ce contexte, la CFDT condamne la reprise de la pratique de bonus exorbitants. La CFDTs’inquiète du retour dans les salles de marché de pratiques à risques et s’interroge en particulier sur la part prise dans ces opérations par les activités pour compte propre des banques.

Pour la CFDT, ce qui se passe en France comme à l’international est la démonstration que le code de bonne conduite proposé par les banques françaises et les orientations du G20 ne sont pas suffisantes. En particulier, ces règles n’abordent pas la question des volumes distribués. Tant que les volumes ne seront pas limités, les pratiques à risques perdureront.

Face aux risques que fait peser la sphère financière sur l’économie réelle, face au constat que la concurrence internationale annihile toute tentative d’autorégulation, la CFDT en appelle à la puissance publique pour prendre des mesures d’ordre réglementaire. C’est aux régulateurs et aux gouvernants de fixer de nouvelles règles du jeu.

C’est au gouvernement français d’annoncer des mesures dès vendredi alors qu’il reçoit les banques. C’est à l’Europe et au G20 d’agir rapidement et énergiquement pour que l’économie mondiale ne retombe pas dans le chaos pour payer le prix demandé par quelques apprentis sorciers.